Partager
 > accueil > dernières nouvelles > Toutes les nouvelles > L’Étude sur l’engagement dans les arts en Ontario laisse entrevoir aux organismes artistiques des occasions de développement du public

L’Étude sur l’engagement dans les arts en Ontario laisse entrevoir aux organismes artistiques des occasions de développement du public


Toronto, 13 octobre 2011 – Le Conseil des arts de l’Ontario (CAO) a rendu public les résultats d’une étude sur l’engagement dans les arts en OntarioPDF File, rapport qu’il a commandé auprès du cabinet de recherche WolfBrown. Ces résultats ont des incidences considérables pour les organismes artistiques qui désirent développer et intéresser le public.

L’étude a examiné la gamme complète d’activités artistiques, depuis les activités traditionnelles où l’on est spectateur (comme assister à des spectacles sur scène ou visiter une galerie d’art) aux pratiques personnelles (comme jouer d’un instrument de musique, peindre ou prendre des cours de danse) en passant par la participation par l’entremise de médias électroniques, imprimés et numériques (comme la radio, la télévision et Internet).

Elle explore également l’importance des activités artistiques pour les Ontariens, les milieux où ces activités se déroulent, les relations entre les pratiques personnelles et celles où l’on est spectateur, et les tendances de l’engagement selon les régions et des regroupements démographiques comme l’âge et le sexe.

« Cette étude démontre les connexions entre les différents types d’activités artistiques et met en évidence les diverses façons dont les Ontariens participent aux arts, affirme le directeur général du CAO, John Brotman. Elle met au défi les milieux des arts d’explorer l’étendue complète de l’engagement dans les arts pour augmenter la participation. »

« Cette étude approfondit notre compréhension de la place des organismes artistiques dans l’univers des arts où les Ontariens assistent et participent à des activités artistiques, où ils créent de l’art et où ils se renseignent sur les arts, explique Alan Brown, chercheur principal chez WolfBrown. Elle suggère qu’il existe des possibilités novatrices très intéressantes pour les organismes artistiques qui souhaitent développer et approfondir leurs relations avec le public et les visiteurs. »

PRINCIPAUX RÉSULTATS 

Accéder au résuméPDF File et au texte complet du rapport WolfBrownPDF File.

           
L’engagement dans les arts est d’une complexité surprenante

  • L’engagement dans les arts par l’entremise des médias joue un rôle indispensable dans l’ensemble de l’engagement dans les arts   90 % des Ontariens écoutent de la musique à la radio et 88 % lisent des livres imprimés par plaisir ; 75 % des Ontariens de 18 à 34 ans téléchargent de la musique au moins une fois par année.
  • Les Ontariens attachent beaucoup d’importance à l’assistance à des expériences artistiques    Bien que la participation par l’entremise des médias soit plus répandue, les Ontariens attachent un niveau relativement plus élevé d’importance à l’assistance à des activités artistiques comme visiter des musées d’art ou voir une pièce. Ainsi, 80 % des Ontariens qui déclarent avoir visité un musée d’art ou une galerie d’art au moins une fois au cours de la dernière année affirment que cette activité est très importante pour eux.
  • Beaucoup d’Ontariens participent activement à des activités artistiques et s’expriment par la création et l’interprétation dans une variété d’activités personnelles – 43 % des Ontariens dansent socialement au moins une fois par année, plus d’un tiers (36 %) prennent des photos à des fins artistiques, un quart d’entre eux font de la peinture, du dessin ou des œuvres d’art originales, 24 % s’intéressent aux arts textiles, 24 % pratiquent d’autres métiers comme la poterie, la fabrication de bijoux et le travail du bois, du verre ou du métal, 22 % des Ontariens jouent d’un instrument de musique, 17 % écrivent des œuvres de fiction, des nouvelles ou de la poésie, et 14 % tournent des vidéos ou des films originaux.
  • L’intérêt pour les activités participatives est associé à l’assistance à des activités où l’on est spectateur  –  En général, les gens qui pratiquent des activités artistiques participatives sont plus enclins à assister à des activités où l’on est spectateur ou visiteur, parfois à un rythme deux ou trois fois plus élevé que les personnes qui ne pratiquent pas de telles activités. Ainsi, les Ontariens qui jouent d’un instrument de musique assistent à des concerts de musiciens professionnels plus souvent que ceux qui ne jouent pas d’instrument.
  • La maison est le milieu principal de participation aux arts  La maison est l’endroit par excellence où les Ontariens pratiquent des activités musicales, de danse et d’arts visuels, d’artisanat et de cinéma. Bien que les endroits artistiques traditionnels (comme les théâtres, les salles de concert et les galeries et musées d’art) demeurent des milieux courants, de nombreuses activités artistiques ont lieu dans des milieux informels comme des parcs et des espaces extérieurs, des bars et des boîtes de nuit, des centres communautaires et des lieux de culte. 

Les tendances de l’engagement varient souvent entre les régions et les groupes démographiques

  • L’engagement dans les arts est généralement plus élevé chez les Ontariens de minorités visibles – Ce résultat s’explique surtout par une plus grande participation à des activités artistiques dans la communauté et à des activités d’apprentissage des arts et d’acquisition de compétences (comme prendre des cours). Toutefois, il est important de noter que les tendances de participation varient entre les groupes raciaux et culturels.
  • Les habitants des régions urbaines (notamment ceux de la ville de Toronto) ont généralement un engagement plus marqué. Toutefois, les différences entre l’engagement urbain et rural se manifestent surtout dans les activités où l’on est membre d’un public comme assister à des spectacles sur scène ou visiter des galeries d’art. L’engagement dans des activités où l’invention et l’interprétation prédominent et les événements artistiques dans la communauté ainsi que la participation par l’entremise des médias varient peu entre les Ontariens en milieu rural et urbain.
  • La participation à des activités artistiques sur Internet est un aspect central de la participation des jeunes adultes. Ainsi, 75 % des Ontariens de 18 à 34 ans téléchargent de la musique au moins une fois par année. De plus, les Ontariens de 18 à 34 ans sont deux fois plus enclins à pratiquer des activités personnelles, comme jouer d’un instrument de musique, que ceux de plus de 65 ans.

Autres renseignements

  • L’engagement dans les arts est très répandu et a de nombreuses dimensions : presque tous les Ontariens participent dans une certaine mesure à des activités artistiques  98 % des Ontariens participent à des activités musicales au moins une fois par année, 98 % ont des pratiques d’arts visuels, d’artisanat ou de cinéma et 64 % participent à des activités de théâtre au moins une fois par année.
  • La majorité des Ontariens assistent à des spectacles professionnels ou visitent des galeries d’art ou musées d’art au moins une fois par année –  60 % des Ontariens assistent à des concerts de musiciens professionnels au moins une fois par année, 55 % d’entre eux vont voir des pièces ou des comédies musicales interprétées par des comédiens professionnels et 51 % visitent des musées d’art ou des galeries d’art.
  • Il y a une forte corrélation entre l’intérêt pour le patrimoine culturel et des niveaux plus élevés d’engagement dans les arts – Les Ontariens qui sont intéressés par leur propre patrimoine culturel ou qui souhaitent s’exposer à celui de leurs concitoyens ont des niveaux beaucoup plus élevés d’engagement dans les arts.
  • L’engagement peut croître Les résultats suggèrent qu’il y a des possibilités d’augmenter l’engagement des personnes qui sont intéressées mais qui participent peu aux arts – Dans la plupart des types d’activités, environ 20 % de la population ontarienne est à l’origine d’environ la moitié de l’engagement.

 

Pistes de réflexion

Le rapport a des incidences pour les organismes artistiques désireux d’améliorer leurs relations avec le public et soulève des questions à cet égard :

  • Compte tenu du rôle décisif joué par les médias électroniques, imprimés et numériques dans l’engagement dans les arts, comment les organismes artistiques peuvent-ils intéresser un plus grand nombre de personnes à l’aide de ces médias ?
  • Comment les activités en ligne, comme le téléchargement de musique, modifieront-elles la façon de diffuser des produits artistiques ? Comment les organismes artistiques peuvent-ils aller à la rencontre des membres du public, notamment les plus jeunes, là où ils se trouvent et là où ils veulent être ?
  • L’endroit où se déroule la participation aux arts et l’importance qu’il faut accorder aux milieux formels et informels sont des questions essentielles que les organismes artistiques doivent examiner dans leur programmation et leurs efforts de développement de leur public.
  • Comment les organismes artistiques peuvent-ils jeter des ponts entre les formes participatives de l’engagement dans les arts et les expositions et spectacles professionnels ?
  • Les résultats suggèrent qu’une stratégie efficace pour augmenter l’engagement dans les endroits ou régions où il y a peu d’infrastructures culturelles serait de miser sur les activités participatives et les événements artistiques dans la communauté.
  • L’augmentation de la participation de certaines communautés exigera une concentration sur les pratiques personnelles et l’apprentissage des arts.

– 30 –

Pour tout renseignement, veuillez communiquer avec Kathryn Townshend, Directrice de la recherche, des politiques et de l’évaluation, à ktownshend@arts.on.ca ou au 416-969-7456 / 1-800-387-0058 poste 7456 (sans frais en Ontario).

Commandée par le Conseil des arts de l’Ontario, l’Étude sur l’engagement dans les arts en Ontario a été réalisée sous la direction d’Alan Brown du cabinet de recherche WolfBrown et se fonde sur ses études précédentes en Californie et à Philadelphie. La collecte de données a été assurée par Ipsos Reid en mai et juin 2011 par un sondage téléphonique aléatoire d’habitants de l’Ontario de 18 ans et plus. L’échantillon total comprend un échantillon de la population générale de 1 300 personnes ainsi que des échantillons d’appoint de certains sous-groupes d’intérêt. Une pondération a été appliquée pour créer un échantillon représentatif de la population ontarienne. Les résultats de l’échantillon principal de l’ensemble de la population sont exacts à +/-2,7 % à un niveau de confiance de 95 %. Les intervalles sont plus élevés pour les sous-échantillons plus petits.