Contact

Shoshana Wasser

Coordonnatrice des communications (spécialiste des relations médiatiques et gouvernementales)
416-969-7434
Sans frais en Ontario : 1-800-387-0058, poste 7434

Samuel Thomas remporte le Prix du Conseil des arts de l’Ontario pour les arts autochtones 2016

9 juin 2016



Samuel Thomas
Samuel Thomas


L’artiste perleur Samuel Thomas est le lauréat 2016 du Prix du Conseil des arts de l’Ontario pour les arts autochtones. Créé en 2012, ce prix rend hommage aux réalisations des artistes et des chefs de file artistiques autochtones qui ont contribué de façon significative aux arts en Ontario.


M. Thomas recevra ce prix de 10 000 $ à Brantford, au Centre culturel Woodland, le samedi 25 juin, à 19 h 15. Le public est invité à assister à la cérémonie et à visiter l’exposition des nouvelles œuvres de M. Thomas, exposition qui ouvrira ce soir-là à 18 h 30.


Le prix du CAO pour les arts autochtones salue également la nouvelle génération d’artistes : chaque année, le lauréat est invité à désigner un artiste autochtone de la relève, qui reçoit un montant de 2 500 $. Samuel Thomas a choisi l’artiste perleuse et sculptrice de feuilles de maïs Elizabeth Doxtater comme artiste autochtone de la relève. Des œuvres d’Elizabeth Doxtater seront également exposées au Centre culturel Woodland.


Samuel Thomas

Treasured Memories by Sam Thomas

Treasured Memories, de Samuel Thomas.
Coffre en bois, cuir, velours et perles de 
rocaille, doublé d’un texte écrit à la main
par la mère de l’artiste  sur papier laqué.

Wiping Away the Tears by Sam Thomas

Wiping Away the Tears, de Samuel Thomas. Moccassins en peau de chevreuil, perles de wampum du xviie siècle et cristaux Swarovski.

  • Samuel Thomas est membre de la bande Lower Cayuga de la nation iroquoise. Il vit à Niagara Falls, en Ontario.
  • Cela fait près de 40 ans que Samuel Thomas s’emploie à revitaliser les méthodes de perlage des xviiie et xixe siècles. Il a retrouvé des techniques oubliées ou perdues et, ce faisant, a suscité un intérêt pour la broderie perlée iroquoise au niveau international.
  • Autodidacte au style méticuleux, Samuel Thomas a acquis son savoir au fil d’une étude poussée de pièces de musée, de pièces de collection, d’ouvrages divers et d’illustrations. Il a perfectionné sa technique par une formation auprès de la tanneuse Juliette Meness-Ferguson, de la brodeuse de perles Faith DuBuc et de Trudy Nicks, conservatrice au Musée royal de l’Ontario.
  • En partageant son savoir sur l’artisanat et l’art, Samuel Thomas cherche à rapprocher les gens et à abattre les barrières culturelles. Il a dirigé des ateliers de perlage auxquels ont participé plus de 800 personnes sur deux continents et des initiatives interculturelles avec des artistes perleurs d’Afrique de l’Est.
  • Une série de séances participatives axées sur la réconciliation – intitulée Opening the Doors to Dialogue – figure parmi les projets actuels de Samuel Thomas. D’anciens élèves victimes des écoles résidentielles autochtones, leurs descendants et des membres du public y apprennent des techniques de perlage qu’ils appliquent ensuite à des portes récupérées dans d’anciennes écoles résidentielles. La démarche créative de ces séances sert de cadre à un dialogue franc et ouvert qui favorise le processus de guérison des participants.
  • Samuel Thomas se donne à fond à son art, mais se préoccupe aussi de la continuité. C’est pourquoi, à titre de président de l’organisme de service aux arts Neto Hatinakwe Onkwehowe Native Arts, il veille à ce que les artistes autochtones de la région de Niagara aient accès à de la formation, à du mentorat et à des services professionnels.
  • Les œuvres de Samuel Thomas se trouvent dans les collections permanentes du British Museum, du Musée canadien de l’histoire, du Musée royal de l’Ontario et de la Smithsonian Institution ainsi que dans des musées, des galeries et des collections privées aux Pays-Bas, en Allemagne et en Australie.


Citations

« En travaillant sans relâche à faire revivre les techniques de perlage iroquoises, Samuel Thomas a donné une nouvelle dimension à cette forme d’art, a souligné le jury. C’est non seulement un artisan d’art respecté, mais quelqu’un qui est devenu un chef de file à la fois dans son milieu et dans le cadre de collaborations internationales. »

Elizabeth Doxtater 

Elizabeth Doxtater


« Samuel Thomas fait non seulement preuve d’un dévouement sans limite à son métier, mais a contribué à mieux faire connaître cette forme d’art traditionnelle au Canada et à l’étranger, a déclaré Peter Caldwell, directeur général du Conseil des arts de l’Ontario. En plus, il donne sans compter de son temps, de ses compétences et de ses connaissances. Nous sommes fiers de l’avoir choisi comme lauréat du prix du CAO pour les arts autochtones de cette année. » 


L'artiste de la relève

  • Elizabeth Doxtater vient du Territoire des Six Nations de la rivière Grand.
  • Ses créations mettent en valeur la confection d'objets en feuilles de maïs selon la tradition iroquoise, en particulier celle de poupées. Elle y incorpore notamment des perles, de la peinture à l'acrylique et de la peinture à l’huile.
  • Les œuvres d’Elizabeth Doxtater ont été exposées dans des galeries et des centres culturels en Ontario, dans l’État de New York et en Allemagne.


Le prix

Peacemaker & the Queen of Peace

Peacemaker & the Queen of Peace, d’Elizabeth Doxtater.

  • Le Prix du Conseil des arts de l’Ontario pour les arts autochtones consiste en un montant de 12 500 $, dont 10 000 sont décernés au lauréat et 2 500 à un artiste autochtone de la relève.
  • Le nom du lauréat et de l’artiste de la relève est annoncé chaque année en juin dans le cadre du Mois national de l'histoire autochtone.
  • Le jury du prix 2016 se composait de Glen Gould (comédien, Toronto), Raven Kanatakta Polson-Lahache (musicien du groupe Digging Roots, Barrie) et Shelley Niro (artiste visuelle et médiatique, Brantford).
  • Renseignez-vous sur les lauréats des années précédentes : Daniel David Moses (2015), Christi Belcourt (2014), Basil Johnston (2013) et Shelley Niro (2012).