[Skip to Content] download Acrobat Reader
Ontario Arts Council

Liste des projets du Fonds commémoratif John Adaskin du Centre de musique canadienne

Liste cumulative des projets

Le prix soutient le Centre de musique canadienne (CMC) dans ses efforts pour promouvoir et développer la musique canadienne dans les écoles du pays.
 

2008

Le CMC a développé et annoté un guide-catalogue des enregistrements en archives et de la musique canadienne de fanfares appartenant à la collection de musique du CMC.


2007

Le CMC a développé une base de données servant à normaliser le catalogue du CMC en y ajoutant des annotations pédagogiques, des échantillons musicaux et des possibilités de commande en ligne simplifiant aux enseignants la recherche de matériel éducatif sur l’enseignement de la musique dans les écoles.


2005

Le CMC a développé un microsite (base de données complémentaire intégrant la recherche et le matériel existants du projet JAP à la base de donnée existante du Centre) dans le but de rendre plus d’information accessible à un groupe élargi d’utilisateurs.


2003

Le CMC a mis fin au projet JAP dans le but de lancer de nouveaux projets visant à promouvoir le répertoire de musique canadienne dans le milieu de l’éducation. Ces projets ont notamment compris la publication des « Guides de la musique canadienne du projet Adaskin » en format imprimé et électronique.
 

1979 – 2003

Le CMC a lancé le projet John Adaskin (JAP) en 1979. Ce projet apportait son aide à différents organismes éducatifs pour la commande de nouvelles oeuvres et l’encadrement des compositeurs pour les aider à composer pour les jeunes exécutants.

Le projet a publié des listes-guides annotées de musique canadienne à difficulté variable pour les jeunes exécutants et a mis en oeuvre des projets liant la musique contemporaine à l’éducation afin d’encourager les enseignants en musique progressive à interpréter plus de musique contemporaine (et canadienne).

Le projet JAP a apporté son soutien au « Guide de la musique chorale canadienne » dirigé par la professeure Pat Shand de l’Université de Toronto.