Créations In Vivo : un voyage hors des sentiers battus dans tout l’Ontario

Dès ses débuts, Créations In Vivo s’est donné le mandat d’explorer la fusion des arts de la scène afin de mieux raconter une histoire qui touche les spectateurs.

In vivo signifie « dans un milieu vivant ». C’était un choix de nom inspiré pour la petite compagnie qui, dès sa fondation en 2007, savait qu’elle rassemblerait artistes et publics autour d’œuvres originales démontrant la vitalité d’une culture francophone bien vivante en Ontario.

Créer, former et rassembler sous le signe de la pluridisciplinarité

C’est en 2007 que Stéphane Guertin, artiste d’une polyvalence remarquable (conteur, musicien, metteur en scène, chorégraphe), entouré d’autres artistes multidisciplinaires, fonde Créations In Vivo. La compagnie se développe au fil du temps en se concentrant sur les trois volets de la mission qu’elle s’est donnée : créer, former, rassembler. 

Créer constituela racine même de son nom. Créations In Vivo, avec sa pratique multidisciplinaire, se consacre à la création d’œuvres originales qui fusionnent les visions, les cultures et les individus. Andrée Rainville, responsable des costumes, explique : « On voulait que ça soit des créations, donc que ça sorte vraiment des artistes, que ça vienne de nous, que ça soit nouveau […]. Ça n’a rien de répertoire ou quoi que ce soit. » 

Former fait allusion au rôle d’In Vivo dans l’éducation artistique. « Il y a eu rapidement la volonté de former à la fois des artistes de la relève et de jeunes apprenants », note Sylvain Sabatié, responsable des communications et assistant à la direction artistique. Les premières œuvres ont été développées spécifiquement pour le jeune public, et l’implication des jeunes est restée au cœur du travail de l’organisme.

« Rassembler, c’est un peu une philosophie transversale dans tout ça, poursuit Sabatié, c’est-à-dire aller à la rencontre des publics, de la communauté, ailleurs que dans les théâtres – dans des événements où il n’y aurait pas forcément de théâtre à priori ». De bien des manières, c’est le public qui donne vie à leur travail : « C’est cette idée-là, de vraiment créer le vivant, de rassembler les communautés », affirme Sabatié.

Andrée Rainville, en costume. (Photo : Eloa Photographie)

Des coups de cœur qui lancent le bal

Le public a été rapidement captivé par ce que faisait Créations In Vivo. Le premier spectacle de la compagnie – C’est arrivé à Sainte-Utopie, mélange de conte et chanson – a été présenté à Contact ontarois en janvier 2008 et remporte le prix Coup de foudre scolaire de Réseau Ontario, ce qui garantit une tournée dans les écoles francophones de l’Ontario. « Donc tout de suite la compagnie était sur la route pour faire cette tournée en Ontario, puis ailleurs au Canada, et petit à petit à l’international », précise Sabatié.

Créations In Vivo s’est surpassé en remportant une nouvelle fois le prix Coup de foudre scolaire en 2009 et en 2011, pour La pluie de bleuets et Légendes boréales – spectacles où le cirque rencontre le théâtre. Ces trois créations à elles seules ont cumulé 337 présentations faites devant plus de 75 000 élèves, qui ont ainsi pu vivre de première main la magie intangible des spectacles en direct, ces moments de connivence avec les artistes qui réagissent aux réactions de leur auditoire, avec l’énergie d’une salle comble. Bref, tout ce qui rend l’art accessible.

Le potentiel de la jeune compagnie n’a pas tardé à être reconnu, ce qui lui a valu des subventions d’aide aux tournées du Conseil des arts de l’Ontario à partir de 2008. D’autres subventions du CAO, relevant celles-là des arts communautaires, ont permis à Créations In Vivo de développer leur programme Artistes aux quatre coins (A4C), dans le cadre duquel ils offrent des ateliers de formation en milieu scolaire. La compagnie a déjà dirigé plus de 400 ateliers A4C, qui ont initié plus de 15 000 Franco-Ontariens de l’élémentaire et du secondaire à différentes disciplines des arts de la scène (arts du cirque, improvisation, slam, conte/expression orale).

Le saviez-vous? Cela fait plus de plus de 50 ans que le CAO joue un rôle de premier plan dans l’éducation artistique, et 97 % des Ontariens considèrent qu’engager les enfants dans les arts est important pour leur développement global.

Source : Impressions de l’impact des arts sur la qualité de vie et le bien-être en Ontario : résultats d’un sondage du Conseil des arts de l’Ontario, rapport de Nanos Research pour le Conseil des arts de l’Ontario, mars 2017.

La facilité d’accès : une priorité

Ce qui importe pour Créations In Vivo, c’est que les élèves de la province entière, où qu’ils vivent, puissent bénéficier de ces expériences. Peu de villes de la province, mis à part les grands centres urbains, ont cependant l’infrastructure nécessaire pour diffuser de petits spectacles. « Il y a cette volonté que le spectacle puisse aller partout […], que le lieu ne soit pas une contrainte, remarque Sabatié. Il n’y a pas beaucoup de communautés francophones qui sont équipées de salles professionnelles, mais c’est pas grave. Ça ne nous empêche pas d’y aller. » Loin de rebuter Créations In Vivo, les contraintes d’espace ont stimulé la compagnie à créer des décors flexibles, faciles à installer, et des accessoires ingénieux aux multiples fonctions que les spectateurs découvrent avec ravissement.

Le financement public permet à Créations In Vivo d’apporter sa magie aux petites communautés, qui n’ont pas toujours accès aux arts de la scène. « On a joué La pluie de bleuets à Gogama, un petit village du nord de l’Ontario, se souvient Andrée Rainville. Ces enfants-là n’avaient jamais vu une pièce de théâtre de leur vie, puis ils nous ont vus, et je suis certaine que ceux qui ont vu le spectacle s’en souviennent encore aujourd’hui.

« On est souvent financé par le CAO pour les tournées. Sans cet appui-là, les tournées ne pourraient pas avoir lieu. Ça, c’est la réalité », constate Sabatié.

Le saviez-vous? En 2018-2019, 36 % des organismes artistiques qui bénéficient d’une subvention annuelle du CAO ont fait une tournée en Ontario et ont touché un public de 1,1 million de personnes par leurs spectacles, expositions ou projections d’activités artistiques ontariennes.

Source : Chiffres réels pour 2018-2019 soumis dans le cadre des données CADAC/demandes de subvention de fonctionnement de 2020-2021 ou des rapports finaux des subventions de projet en 2018-2019. Il s’agit des données disponibles les plus récentes.

La créativité ancrée dans la durabilité

Créations In Vivo reçoit des subventions de fonctionnement du Conseil des arts de l’Ontario depuis 2011. Ce soutien continu peut donner aux petites compagnies le financement de base dont elles ont besoin et leur laisser une marge de manœuvre pour explorer de nouvelles pistes.

« C’est le financement des activités de fonctionnement qui permet de payer les employés et de lancer nos créations, souligne Sabatié. Le fait qu’il y ait des gens qui sont là pour faire vivre la compagnie, ça permet d’avoir du temps pour engager des artistes et les faire travailler sur la création des spectacles, sur les ateliers, tout ça. Sans les subventions du CAO, la compagnie n’aurait pas duré dix ans. » Il en résulte une plus grande visibilité des artistes francophones en Ontario, et de l’Ontario sur la scène mondiale.

Tout le monde s’y retrouve

Qu’il s’agisse d’un petit hameau ou d’une grande ville, d’un spectacle pour un groupe d’élèves ou pour adultes, Créations In Vivo s’emploie à créer des œuvres qui touchent et interpellent tous les types de public. « Je pense qu’il y a aussi dans la sensibilité des artistes qui travaillent avec Créations In Vivo […] cette notion très inclusive de grand public, de tout public, de pouvoir vraiment s’adresser à tout le monde », indique Sabatié.

Mais est-ce vraiment possible de rejoindre tous les publics? « Stéphane m’a raconté une anecdote, ajoute Sabatié. Un jour, In Vivo a présenté le spectacle le matin dans une école primaire, l’après-midi dans une école secondaire et le soir dans un cégep pour le grand public. À chaque fois, il y avait des discussions après le spectacle, et Stéphane s’est amusé à demander : “Selon vous, c’est qui le public cible de ce spectacle-là?” Et chaque public était persuadé que c’était fait pour eux. »

Le grand attrait des spectacles de Créations In Vivo illustre la nature vivante de l’art et la qualité universelle des histoires particulières. C’est en partie grâce au financement public que les petits organismes artistiques comme Créations In Vivo ont pu toucher le cœur et l’esprit des gens dans toute la province.

Interaction d’un jeune spectateur avec un personnage d’Aquarium, production de Créations In Vivo. (Photo : Marianne Duval)

Les commentaires sont fermés.

© Conseil des arts de l’Ontario 2020 - 2022.

Le haut de la page     Remerciements     Déclaration de confidentialité       Conditions